Nananah something something lala riding on a donkey !

Pour l’anniversaire de mon amoureux à moi que j’ai, j’y ai offert deux places pour le concert de Great Big Sea.

Alors Great Big Sea, c’est un groupe ‘achement connu au canada. C’est trois gars qui viennent fièrement de Terre-Neuve, et ils reprennent des chansons traditionnelles canadiennes plus ou moins à la sauce moderne. Ca sonne un peu comme Tri Yann, ou The Pogues, genre. Leurs CDs (y’en a plein, je vous recommande “Play” ou “Road Rage”) sont très agréable à écouter, même si je reconnais que ce n’est pas de la grande musique délicate et poétique. A moins d’appeler poésie des rimes avec Bière, Rhum, etc. Bref.

Le concert avait lieu à l’amphithéatre Molson, qui est une immense salle de concert … en plein air. Nous, on est dans le milieu de la salle, ni trop près, ni trop loin, mais légèrement sur le coté, quand-même. La première partie était un illustre inconnu de nous du nom de Corb Lund. Son style c’est plutôt la country music, et nous on s’y connait pas trop en country music mais on aime assez ça. Là, personne (hormi visiblement l’excité du deuxième rang) ne connaissait ses chansons, sauf la dernière, annoncée comme le second hymne national du Canada. Le titre : Hockey Song. Le refrain (repris en choeur par l’assistance soudainement ressuscitée): “Oh the good ole hockey game is the best game you can name , And the best game you can name is the good ole hockey game”. (trad : Oh le bon vieux jeu de Hockey est le meilleur de tous les jeux, et le meilleur de tous les jeux est le bon vieux jeu de hockey). Edifiant, non ?

Enfin, Great Big Sea entre en scène. Et là, deception: la balance est extrêmement mauvaise. Du coup, on entend très bien les guitares, mais faut tendre l’oreille pour discerner de quelle chanson il s’agit. Heureusement qu’ils ont joué presque exclusivement leurs anciens titres et qu’on les avait révisé avant de venir, parce que sinon, on n’aurait pas pu chanter avec tout le reste de la salle. Oui, parce que toute la salle a chanté (et dansé, d’ailleurs) tout le long du concert. Le mot d’ordre est “debout pendant les chansons qui bougent, assis pendant les chansons tristes”.

Enfin, finalement, c’était chouette quand-même, c’était marrant de voir le groupe en vrai, d’entendre leurs petites histoires entre chaque chanson, de voir toute une immense foule chanter et onduler en choeur … Joyeux anniversaire, Namoureuh !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s