C’est pas Jojo, à Toronto?

(Oui, je sais, c’est nul comme blague)

Ah que si, c’est Jojo ! Copain Johnny est venu nous rendre visite toute une semaine à notre chez nous d’ici !

Alors une fois s’être fait braquer à New-York, il a débarqué aux aurores après une nuit de car à la gare routière. Bien sur, en une nuit il a eu le temps de faire copain avec les trois quarts du car (pas de doute, c’est bien notre Johnny à nous). A peine les valises posées, il part à l’attaque de la ville avec crac-direct une visite du labo Zhen (monument torontien incontournable), et après une ballade en solitaire de deux heures il se repère dans la cité encore mieux que moi (en même temps, c’est pas dur).

Une semaine plus tard, et malgré deux jours de pluie, il a écumé tous les quartiers de Toronto, même les plus éloignés, ainsi que les traditionnelles chutes du Niagara. Il a même trouvé le temps de participer à des activités typiquement canadiennes, telles que le visionnage de la finale de la coupe du monde de foot, la perte d’accuité auditive à un concert, la haute gastronomie – poule farcie aux petits légumes et pommes au four (le Jojo est un fin cuisto, qu’on se le dise !) et la vaisselle. Je défie en effet tout hôte du JJV (Joyeux Jojo en Vadrouille) de nettoyer un seul couvert sale quand Jojo est dans la place …

Et surtout, surtout, le Jojo a pactisé avec le Gwe en pratiquant l’activité à haut risque locale : une baignade dans le lac Ontario. Evidemment, la mention “à haut risque” ne leur est apparue évidente que trop tard : c’est seulement après avoir plongé le premier orteil frileux dans l’eau sournoise qu’ils ont réalisé à quelle point elle était très, TRES, trèstrèstrèstrèstrès froide. Mais le sort en était hélas jeté. Comment, en effet, oser rebrousser chemin sous les yeux de deux jeunes filles, alors que deux enfants et une oie pataugent dans l’eau gelée ? Est-il humainement possible de dompter un tel afflux de testostérone ? Apparemment pas. Et c’est ainsi que les deux compères sont revenus frissonnants et les pieds bleus après deux fois deux brasses héroïques dans l’eau glacée et détergente du lac ontario. Ca fait des souvenirs !

En tout cas, la maison, l’emploi du temps et surtout les coeurs ont semblé bien vides quand le Jojo a enfourché une autre fringuante monture, enfin, quand son bus l’a emmené sous le soleil couchant vers de nouvelles aventures … Revient, Jojo, revient !

2 Comments

  1. Ben, je ne sais pas : étant peu chargée en testostérone, je ne me suis pas baignée moi. Mais apparemment, leur thermomètre interne (je ne VEUX PAS savoir ce qu’ils entendent par là) a estimé l’eau à 9°C.

    9°C, c’est quand-même pas beaucoup…

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s