Jojo à Toronto

(Non, pas le même Jojo. Un autre)%%% (On en connait plusieurs)

Et oui, cette fois c’est Joseph, le Tonton Joseph de Magali, qui est venu nous rendre visite et vérifier par lui-même qu’on ne raconte pas d’histoires et que Toronto c’est chouette.

Je ne sais pas si c’est le surnom qui veut ça, mais ce Jojo-là, comme l’autre, est adepte de la ballade. A pieds. Longtemps. Partout. Il a donc, en une semaine, parcouru lui-aussi la ville en long, en large et en travers (exercice difficile dans une ville où les rues sont plutôt perpendiculaires …). En digne Jojo, il se bat pour faire la vaisselle ou pour payer l’addition, il est toujours partant pour essayer de nouvelles choses (on l’a donc emmené au restaurant ethiopien, et nous avons été invité au restaurant panoramique de la tour CN, la CLASSE!) … Et c’était un vrai plaisir de l’avoir à la maison.

Malheureusement, nous aut’ on travaillait, alors on n’a pas tellement pu montrer à Joseph tous les environs de Toronto. On aurait vraiment aimé passer plus de temps avec lui. Mais on a quand-même réussi à aller tous ensemble aux traditionnelles chutes de Niagara, la preuve en image:

Joseph prend la pose devant les chutes

Et puis, nous les chutes, on pensait connaitre. Présomptueux que nous sommes ! On a découvert au hasard d’un de nos bouquins qu’il existe, à quelques kilomètres à peine des chutes, de chouettes ballades à faire, pour admirer la rivière du haut de l’escarpement de Niagara. Effectivement, le coin est connu, en particulier par les pêcheurs (exemple en bas à gauche de la photo ci dessous, et spéciale dédicace à mon frérot).

Vue de la Rivière de Niagara

Au cours de cette ballade, nous avons exercé nos yeux de lynx (défense de rire) pour repérer la parfaite feuille d’érable rouge, cachée parmi d’autres feuilles d’érable rouges, histoire que Joseph se rapporte un petit souvenir typique… Mais en raison de la pluie, les feuilles étaient tachées, et la récolte fut maigrichonne… Ni une, ni deux, nous avons, le samedi suivant, exploré les sous-bois du parc du “Mono Centre” à Orangeville. Et là, nous avons eu davantage de chance.

Feuilles sur souche

Feuilles pas sur souche

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s