Nouvelle-Ecosse, Ile du Prince Edouard : JOUR 3

(courage, plus que 10 jours !)

Après une nuit agitée (Magali s’est bagarrée toute la nuit avec une ex de Jérôme, tandis que celui-ci conduisait une voiture de nuit depuis le siège arrière), nous descendons petit-déjeuner (pancakes et fruits) et faisons la connaissance de notre voisin de chambrée, un newfie très sympatique, qui achève de nous convaincre de consacrer nos prochaines vacances à son île.

Aujourd’hui au programme : exploration de la côte au sud d’Halifax.

Paysages de Peggy's Cove

Nous découvrons un paysage rocailleux et broussailleux (et rouge), et arrivons à 9h50 à Peggy’s Cove, ancien petit village de pêcheur avec son célèbre et photogénique phare. Nous avons à peine le temps d’en faire le tour que 10h00 sonnent : arrivé de bétaillères de touristes à la chaine, et en moins de deux minutes le lieu grouille et les cris fusent (et la file d’attente aux toilettes s’allonge).

Peggy's cove, ses maisons, son phare, ses touristes

Nous poursuivons notre route le long des côtes de St Margaret Bay et Mahone Bay, à la recherche d’un sentier de randonnée que jamais nous ne trouvâmes. Nous nous délectons des paysages magnifiques, baignés d’une lumière rasante. Les villages que nous traversons abondent d’embarcations bigarrées et de maisons pimpantes et euh… colorées.

Décorations d'Halloween

Nous roulons jusqu’à Lunenburg dans l’espoir d’enfin voir le “Bluenose II”. Hélas, horreur, malheur, le fameux voilier qui a bravé les flots de nombreuses années et remporté maintes courses est en cale sèche pour l’hiver. Nous bataillons pour visiter le musée maritime (uniquement sur rendez vous? On n’est pas n’importe qui, nous !), et découvrons les détails des multiples naufrages aux environs de “Sable Island” au sud de Halifax. La côte d’Halifax détient parait-il le record du monde de naufrages. Belle perf? En tout cas, Lunenburg, c’est joli, on trouve.

Lunenburg et la rue "rum row"

Après un déjeuner tardif mais succulent (chowder – tchâodeur- de fruits de mer, tartine au homard, chocolat chaud), nous mettons le cap sur le parc de “Oven’s cave” pour y randonner et profiter des dernières heures de soleil. Nous empruntons le sentier balisé le long des falaises ocres et jaunes, et écoutons les bruits atroces de monstres prisonniers que font les vagues qui s’écrasent au fond des goufres (et ça, Jérôme, ça le fait marée, arf arf arf…).

Grottes jaunes de Oven

A défaut de plages (un mauvais point pour eux : on ne paiera pas les 3 dollars de “donation” recommandée/exigée spontanément) nous admirons le coucher de soleil assis sur les rochers, au bord de l’eau parmis les algues jaune cuivre.

Oh, les beaux paysages de Oven's cave

Elle est pas belle, la vie?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s