On en remet une couche.

Puisque c’est 1) mieux pour la planete 2) mieux pour la peau de bebe 3) moins cher que les jetables, nous avons decide tres tot de confier le popotin delicat de Castor Junior et ses productions a des couches lavables. Pour ne pas, quand meme, se mettre la barre trop haut, nous avions fait appel pour les premiers mois a un service qui nous livrait les couches propres et reprenait les couches sales une fois par semaine. Meme ce service, d’apres nos puissants calculs non-renaux, nous revenait au meme prix que si nous achetions des couches jetables biodegradables de bonne qualite, alors pourquoi se priver !

Toutefois, meme si nous avons du mal a le croire, le Castor Junior a deja plus de trois mois, et cela faisait quelques semaines que notre porte-feuille nous conseillait vivement d’oser voler de nos propres couches. En effet, trois mois de service de couches reviennent au meme prix que l’achat de 30 couches neuves et du materiel necessaire a leur utilisation.

Alors, voila: a gauche, les couches d’avant en je-ne-sais-quoi-qui-garde-l’humidite-loin-de-la-peau-de-bebe, a droite, nos belles couches neuves, en fibre de bambou, qui gardent aussi l’humidite, mais peut-etre un petit peu moins bien que les precedentes. Par contre elles sont beaucoup plus douces.

C

Comme vous pouvez le voir ces couches presentent la particularite de ne pas necessiter le rectangle de tissus absorbant qui va avec la plupart des autres couches tissus que nous avons pu voir. Enfin, on peut en ajouter un si on souhaite augmenter l’absorbance de la couche, pour une nuit par exemple, mais c’est pas oblige. Du coup, ca fait ca de moins a laver. Par contre, ces couches s’utilisent avec un couvre-couche impermeable, mais ce dernier se change moins souvent que les couches, une fois par jour par exemple.

C

Enfin, l’interet de ces couches par rapport aux couches du meme genre, c’est qu’elles “grandissent” avec l’enfant, grace a un simple mais astucieux systeme de pliage et de boutons pressions. Donc on les achete une bonne fois et theoriquement on est tranquilles. Enfin, si, quand Castor Junior deviendra senile et incontinent, il lui faudra probablement racheter des couches a sa taille. Mais d’ici-la, on est pares!

C

J’ajoute que certes, l’utilisation de couches lavables donne lieu a des lessives supplementaires (environ deux petites machines par semaines pour l’instant), mais si les couches crottees sont rincees immediatement et lavees plus tard a l’eau chaude, une dose minuscule de detergent doux est suffisante pour obtenir des couches parfaitement propres.

Avons-nous reussi a vous convaincre?

9 Comments

  1. Milan a eu des couches lavables « Bambino Mio » pendant environ neuf mois et Alizée en aura jusqu’à sa rentrée en crêche. Ce qui est certain, c’est que les fabricants de couches lavables surfent sur cette mode; le modèle que Mélanie a acheté, c’était 6€ par lange. 6€ pour un carré de coton…

    Like

  2. Oui, nous 14 dollars la couche, achetee individuellement. Mais 1) les prix de gros sont avantageux,et 2) les couches sont quand meme plus finies qu'”un carre de tissus”… et 3) elles sont en bambou machin-truc… Enfin, c’est sur que c’est cher au depart. Mais c’est vite amorti, et la panete te dit merci!

    Like

  3. Moi, je dis chapeau et j’applaudis bien fort.

    Honte a moi, je n’ai pas le courage de me lancer et manque de pot, les nounous aiment moyennement les couches lavables…

    Like

  4. Rien ne t’empeche de faire moit’moit. Meme juste une ou deux lavables par jour sont mieux que rien! Et puis y’a pas de honte a avoir, d’abord. Chacun fait ce qu’il peut!

    Like

  5. Je reste pour l’instant persuadée que gaspiller de l’eau est plus mauvais pour la planète que de jeter des couches, mais comme tu dis : chacun est libre (et puis je n’ai pas à acheter de couches :))

    Like

  6. …la planète te dit merci, les marchands de couches aussi 😉 et les bambous, qu’est-ce qu’ils disent ? En tout cas, bravo pour tous vos efforts.

    Like

  7. Ce que Etienne ne dit pas, c’est que nous avons aussi prêté nos couches à des amis et que maintenant elles sont plus que rentabilisées déjà par rapport au prix des couches jetables. Par contre c’est vrai que dans le cas des "Bambino mio" ce n’est qu’un carré de coton bien épais + des couches de protection (et celle-là sont un peu plus finie), ce que vous avez semble beaucoup plus évolué. Il y a 3 ans à la naissance de Milan, utiliser des couches lavables étaient encore marginale. Une chose qui nous permet de ne pas avoir à rincer la couche avant le lavage c’est les petits carrés de papier cellulose que l’on met sur le lange de coton et que l’on jette à la toilette lorsque la couche est souillée. Je pense continuer les couches lavables pour Alizée à la maison même lorsqu’elle sera à la crèche jusqu’à ce que celles que l’on a ne lui aillent plus.

    Like

  8. "Enfin, si l’on calcule l’empreinte écologique d’une couche lavable et d’une couche jetable, on constate que les couches jetables consomment 3,5 fois plus d’énergie, 2,3 fois plus d’eau, 8,3 fois plus de matières premières non renouvelables et génèrent 60 fois plus de déchets solides (Source : l’Écologiste N° 18, mars-avril-mai 2006). ■"

    Like

  9. Reste à savoir si ce n’est pas une société de couches lavables qui se cache derrière le "on". J’espère en tout cas qu’on ne va pas nous interdire d’utiliser mensuellement des protections féminines et nous obliger à utiliser la méthode appelée "hygiène infantile naturelle" (HIN) qui est celle de l’absence totale de couches !

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s