Le jour ou on est sortis de l’Hotel

J’avoue que ca a ete dur de se motiver, par (a mon avis) plus de 40C a l’ombre, pour s’eloigner de la brise cotiere et de l’air conditionne. Mais au final on n’a pas regrette.

Ce sejour etant mon premier dans un milieu “exotique”, j’ai passe la journee les yeux ecarquilles a m’emerveiller devant le moindre arbre. Sachant que le moindre arbre est, a la Barbade, un manguier, un frangipanier, un arbre a pain, un cocotier… et qu’on ne trouve pas beaucoup de ces varietes-la en Beauce.

Question faune et flore, j’ai ete servie. Voici quelques echantillons, pas a l’echelle sinon c’est pas drole, et pas exhaustifs parce qu’on n’a pas toujours l’appareil photo pret, et que vu la quantite de fleurs environnantes on n’aurait pas le temps de faire autre chose que de prendre des photos. Et ca donne chaud, aussi.

Fleurs: 2012_05_03.jpg

Fruits: 2012_05_02.jpg

Zanimaux: 2012_05_04.jpg

Enfin, ceci dit, grace a ces chers colons, la principale plante de la Barbade, c’est la canne a sucre. La betterave locale, quoi. Mais eux avec leur betterave, il font de la melasse et du rhum, en plus du sucre. Et les troquets, ce sont les “watering holes”, des petites cahutes sur le bord de la route ou, meme a 10h du matin (par un bon cagnard, deja), quelques gars sont deja a la bibine devant la tele. Nous n’avons pas visite la tres populaire mais tres touristique distillerie “Mount Guay”, qui furent les premiers a avoir l’idee de distiller le jus de canne a sucre et donc inventerent le rhum (parait-il). Nous avons opte pour une des autres distilleries de l’ile, “Four Squares”, qui a pour interet d’etre le lieu meme ou le rhum est fabrique, et d’offrir outre la visite gratuite de la distillerie elle-meme tout un tas de petites expos tres sympatiques sur l’histoire de l’ile vue par les esclaves. Nous nous laisserons tenter par les quelques rhums epices exclusifs de cette distillerie, sur les conseils du locace barman.

2012_05_05.jpg

Comme la cote Atlantique est est assez escarpee, et que meme pour des colons aux dents longues il est difficile d’y maintenir des plantations, il est possible de voir quelques residus de faune et flore originelles si on cherche bien. En particulier, il existe a Bathsheeba un parc botanique tres beau avec de chouettes explications sur les fruits bizarres et les fleurs tarabiscotees du coin. J’ai donc appris, entre autres choses, que les bananes poussent a l’envers, et que les bananiers ne sont pas des arbres. C’est la qu’on a vu des singes verts (qui ne sont pas verts en fait), des mangoustes (importees pour se debarrasser des serpents venimeux locaux et parfaitement adaptees depuis)… On en a aussi profite pour grailler local.

2012_05_06.jpg

A propos de grailler et de colons, j’ai du me rendre a l’evidence: la predominance de la canne a sucre a pour consequence qu’il n’y a presque pas de fruits a vendre sur l’ile. Du coup, les beaux cocktails exotiques a siroter au bord de la piscine comme des bons touristes, les jus de fruits du petit dejeuner… et ben ils sont faits de concentres et importes. Deception. Les seuls arbres fruitiers qu’on ait vus poussent dans les jardins des gens, pour leur consommation personelle, et font de l’ombre a leur vache, leurs deux chevres et leurs poules, qui eux aussi poussent sur le moindre coin de terrain voire meme sous les maisons a pilotis.

Pour en revenir a la cote Atlantique, c’est escarpe mais pas mal beau. On ne peut que s’y tremper les pieds car les courants et les vagues y sont violents et les rochers a l’arrivee sont aceres. 2012_05_07.jpg

Nous avons quand meme fini par nous en eloigner pour grimper vers l’interieur des terres et rejoindre l’Abbaye St Nicholas, un lieu magnifique, tres bien preserve, vivant, ou l’on apprend a glorifier le colon cultive et a gentiment passer outre le fait que leur richesse provenait des esclaves importes d’afrique. Faute de gout de le mentionner, d’ailleurs, la guide m’a jete un tel regard, on aurait dit que j’avais pete tres fort. Bref.

Et puis pour finir la journee en beaute, nous sommes arrives juste a temps pour la derniere visite de la journee aux Harrison Caves, des grottes immenses avec des stalagtites et mites enormes et nombreux. Ces deux particularites sont dues au fait que contrairement aux autres iles des caraibes, la Barbade est presque exclusivement de nature coralienne, donc plus poreuse et plus riche en certains sels de calcium… Bref, c’est beau. En plus, l’entree des grottes se trouve dans un ravin, et profite donc d’une flore un peu differente du reste de l’ile. On m’a raconte que c’est dans cette gorge que serait appparu le premier pamplemousse, un melange entre des arbres a agrumes qui se trouvaient la et qui put survivre grace aux conditions particulieres dans cette gorge isolee. Nettement moins isolee ces jours-ci, la gorge, grace aux ascenseurs vitres installes par les gestionnaires de la grotte Harrison.

2012_05_01.jpg

En bref, une bonne journee dont nous avons ramene de beaux souvenirs et un bronzage de camionneurs (inverse, d’ailleurs, car on roule a gauche a la Barbade), et malgre un etat des routes qui rend tout relatif celui des routes de Montreal (en meme temps, on comprend que par la chaleur ambiante les mecs de la Barbade ne se bousculent pas pour travailler l’asphalte), et une signalisation pour le moins discrete. Pour vous donner un exemple, la derniere photo fut prise a un croisement entre trois routes (donc trois directions possibles), et je precise que les deux tiers des noms sur les panneaux ne figuraient nulle part sur notre carte.

2012_05_08.jpg

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s